LES TROIS MEURTES

Ou
« Les trois parques fileuses de la mort »

Ils ont pris leur chemin, me vieux amours
Marchant dans la solitude.
Tête baissée, poussière dans leur regard,
Les bras tombantes, en agonie,
Et les pieds soutenant à peine leur corps.

Leur chemin a été log, leur chagrin aussi
Les emotions et souvenirs
En tourmentes ont demeuré.

Ils cachaient leur douleur, leur peine
Mais c’est vers la perte qu’ils défilaient
Peut-être vers la mort, la mort de la mort
Qu’on ne peut-être pas remédier.

La mort de la vie est une amende
Pour ceux à qui ni la folie ni le feu
Ne parviennent pas à brûler,
Et la mort en vie c’est une sentence
Que sans amour, je suis tenu d’endurer.

Creative Commons License

This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s