UN SILENCE

Silence, toi que les yeux fermés
T’engages sur un chemin.

Où vas-tu, demande le monde
Alors que la dignité vieillit
A force d’être masqué
Et l’espoir s’endort
Sous le froid ténébreux de la nudité

Quel est donc ton chemin,
Alors que tu rôdes
A pas convaincus par les rues,
Miroir de la douleur,
Sans regarder sous tes pieds les traces
Laissées sur des larmes et du sang,
Piétinant détresse et confusion.

Tu fais partie de l’homme du siècle,
Bandit, stupide, indiffèrent,
Maître corrompu de l’inutilité
Tu ne verras pas au bord de ton chemin,
Ni l’espoir, ni le courage, ni l’amour.

Quand tu ouvriras tes yeux
Il sera trop tard, le silence restera
Et le chemin continuera. 

Contrat Creative Commons

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s