LA RIVAL

Era un día extraño, desierto,
Sin sueños, ni esperanza,
Silencioso, olvidado tal vez
Sin justicia sin verdad.

Fue un día sospechoso, engañoso,
Cuando la muerte acechaba,
Traicionera, tal vez falaz
Y de la libertad se adueñaba.

Desnudo tu corazón, el día emprende,
Mil preguntas sin respuestas,
Sin comprender, ciego tal vez,
Sin horizonte ni verdad.

Mirada distante, indescifrable tal vez,
Pies que en la tierra se hunden,
Un grito de furor el viento atrapa
El derecho de vivir a tu rival arrancas.

LA RIVALE

C’était un jour étrange, désert,
Sans rêves, sans espoir,
Silencieux, peut-être oublié,
Sans justice, sans vérité.

C’’était un jour suspect, fallacieux
Quand la mort rodait,
Traître, peut-être trompeuse
Et de la liberté s’emparait.

Le cœur nu, dans le jour s’engage
Mille questionnes sans réponses,
Sans comprendre, aveugle peut-être,
Sans horizon, sans vérité.

Le regard distant, indéchiffrable peut-être
Les pieds qui dans la terre s’enfoncent
Un cri de fureur le vent attrape
Tu arraches à ta rivale ton droit à vivre.