CAMINANTE

Afficher l’image source

Sin razones ni derechos naciste
Pero la vida miserable que te agobió
La firmeza de voluntad te dio.

Caminante de puño determinado
Mirada profunda de fuego y amor
Cargado de ideales el corazón,
Como en un sueño tu ruta comenzó.

Un rapaz anuncia la premonición
Podrá ser que tus ambiciones
Tus pasos no las alcanzarán.

Buscando sin fatiga la verdad,
Quizás el camino no tocarás,
Pero el camino,
Del caminante su pie acechará.

Caminante, siempre andando
Tu audacia la infamia derribará,
Aquella que discrimina
Que ilusiones logra soslayar.

Sin razones ni derechos naciste
pero la vida miserable que te agobió
la firmeza de voluntad te dio.

Contrat Creative Commons

Ce(tte) création est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.

MARCHEUR

Afficher l’image source

Sans raisons ni droits tu es né.
Mais la vie misérable qui t’a accablé
La fermeté de volonté t’a donné.

Marcheur aux poings fermés,
Regard profond de feu et d’amour,
Ton cœur emplit des idéaux
Tel un rêve, ta route a commencé.

Un rapace annonce son intention
Il se peut que tes ambitions
Tes pas ne les atteindront.

Sans fatigue tu cherches la liberté
Peut-être ton chemin tu ne le toucheras pas
Mais le chemin,
Du marcheur son pied guettera

Marcheur, toujours en marchant
Ton audace L’infamie abattra
Celle qui discrimine
Et s’obstine à dérober les illusions.

Sans raisons ni droits tu es né
Ta misera vie presque à murir
La fermeté de volonté t’a donné.

Contrat Creative Commons

Ce(tte) création est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.

GUIDE

Si je croyais que la vie était une bataille
Et L’oubli était mon ennemi crucial    
Qui alors me servirait de guide
Pour l’abattre sans être tenu de mourir.

Si je pensais que limpide était la source
De l’eau qui laverait mes blessures,
Qui alors me servirait de guide
Pour dans ce fleuve me laver

Si je croyais qu’en ouvrant mes bras
Ton corps je pouvais contenir
Qui alors me servirait de guide
Pour pouvoir ton être rencontrer

Si je croyais que dans tes rêves
Nous pouvons encore nous aimer
Qui alors qui me servirait de guide
Pour tes fantasmes rattraper.

Contrat Creative Commons

Ce(tte) création est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.



LO SE

Volverás, lo sé
Si bien que indiferente, casi insolente
A mi amor quisiste renunciar.

Volverás, lo sé
Aunque hayas creído al llamado del destino
Y te estimes el dueño de la verdad.

Volverás, lo sé
Porque te extraviaste en tu camino
Y te encontraste con tu corazón lleno de mí.

Volverás, lo sé
Con la cabeza baja, vago el pensamiento
arrastrando el frio que de ti se apoderó

Volverás, tú lo sabes,
Porque estoy aquí donde pusiste tu pena
La primera vez que nos amamos


Contrat Creative Commons

Ce(tte) création est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.

JE LE SAIS

Tu reviendras, je le sais,
Bien qu’indifférant, presque insolent
Tu as voulu renoncer à mon amour.

Tu reviendras, je le sais,
Même si tu as cru à l’appel du destin
Et de la vérité, tu t’estimes le maître

Tu reviendras, je le sais,
Parce que tu as égaré ton chemin
Et tu t’es trouvé avec ton cœur empli de moi

Tu reviendras, je le sais,
La tête baissée, la pensée vague,
Traînant le froid qui s’est emparé de toi

Tu reviendras, tu le sais,
Parce que je suis là où tu as posé ton chagrin
La première fois que nous nous sommes aimés

Contrat Creative Commons

Ce(tte) création est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.

ALARGAR EL TIEMPO

El tiempo se quedó en silencio,
Acalló mis sueños, perturbó mi espíritu
Impuso el miedo a lo desconocido
Quien poco a poco se hizo mi amigo

Huir quisiera de lo extraño,
De lo equívoco, del desvarió,
Del silencio que rompe mi paz
De la melancolía que me da asilo.

Daría mi confusión, mi pasión
La desnudez de mi alma, de mi cuerpo
Para escuchar de nuevo el paso los días
Para tratar de alargar el tiempo

Contrat Creative Commons

Ce(tte) création est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.


RALLONGER LE TEMPS

Le temps est resté en silence
Il a étouffé mes rêves, troublé mon esprit,
Et imposé la peur à l’inconnu
Qui peu à peu est devenu mon ami.

Je voudrais m’enfuir de l’étrange
De l’équivoque, du délire
Du silence qui brise ma paix
De la mélancolie qui me donne asile.

Je donnerais ma confusion, ma passion,
La nudité de mon âme, de mon corps
Pour entendre encore le passage des jours,
Pour essayer de rallonger le temps


Contrat Creative Commons

Ce(tte) création est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.

ALGUIEN

Alguien toca a mi puerta
Mirada penetrando la distancia,
Un siglo caminado a cada paso
Desgranó los segundos,
Cabalgó los días,
Extenuó el tiempo.

Alguien está en mi casa.
Saqueada por la noche su tristeza,
Arrancó la luz al horizonte,
Refugió las palabras,
Mitigó los rumores
Agotó la calma

Alguien llegó a mi cama,
Acaricio un instante su vasta soledad.
Frágiles sus deseos en busca de un destino
Tocó los instintos,
Sorprendió los amores
Agotó la realidad.

Pero el tiempo es sin regreso
El dolor, irrefutable
El deseo se sanciona
Y la muerte adormecida
Se puede despertar.

Contrat Creative Commons

Ce(tte) création est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.


QUELQU’UN

Quelqu’un frappe à ma porte
Regard qui pénètre la distance,
Un siècle marché à chaque pas.
Il a égrené les secondes,
Chevauché les jours,
Extenué le temps.

Quelqu’un est dans ma maison
Sa tristesse saccagée par la nuit.
Il a arraché la lumière à l’horizon,
Abrité les mots, atténué les rumeurs
Epuisé le calme.

Quelqu’un est rentré dans mon lit,
Je peux caresser sa vaste solitude.
Fragiles ses désirs en quête d’un destin,
Il a touché les instincts, surprit les amours,
Appauvrit la réalité.

Mais le temps est sans retour,
La douleur est sans appel,
Le désir est sanctionné,
Et la mort endormie 
Peut se réveiller.     


    

Contrat Creative Commons

Ce(tte) création est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.